Millésime 2018

Le millésime 2018 a connu deux périodes aux conditions météorologiques très différentes et très marquées : six mois pluvieux, tout d'abord, jusqu'à la mi-juillet (la pluviosité d'une année entière reçue en six mois), puis la situation s'est ensuite radicalement inversée, avec un été chaud et sec, à l'ensoleillement maximal en août et septembre.

 

Le mois de janvier, qui fut très doux, a marqué aussi un record d'humidité aussi. Après des mois de février et mars froids (respectivement 2,7 et 1°C sous les normales), un avril très doux, chaud en seconde décade entraîna un débourrement plutôt précoce et rapide.

En mai ce fut une succession d'orages, avec une alternance de périodes pluvieuses et sèches. La floraison à partir du 24, un peu plus tardive qu'en 2017, a connu des alternances de périodes pluvieuses, qui ont entraîné une certaine coulure, mais par chance le vignoble a échappé aux forts orages de grêle du 26 mai. Juin et la première quinzaine de juillet furent à la fois pluvieux et chauds, ce qui rendit plus difficile la lutte contre le mildiou.

 

L'été, arrivé à la mi-juillet, chaud (+1°C en juillet, +0,3°C en août par rapport aux normales), sec, (42 % de déficit hydrique en août, 77 % en septembre), sans excès de chaleur cependant, a connu une insolation remarquable (18 % au-dessus des normales pour juillet, août et septembre). L'ensoleillement, d'avril à septembre, a été de loin le plus important depuis 2008, avec 179 h de plus que la normale (2010 : 111 h, 2015 : 111 h).  Septembre en particulier n'a connu que trois jours avec un temps couvert. Prévoyant de fortes teneurs en sucres, donc en alcool pour les vins, nous avons réduit la surface foliaire.

 

Dès le mois d'août les matinées ont été le plus souvent fraîches (14°C le matin du 10/08) et les écarts journaliers de température élevés, favorisant une parfaite maturation des raisins, tandis que la sécheresse des sols entraînait un ralentissement du métabolisme des plantes.

 

Le temps favorable nous a permis de vendanger lentement, pour coller à la maturité optimale des parcelles, et la récolte a donc duré du 1er au 23 octobre, sur des raisins très mûrs et sains.

 

En début d'élevage toutes les couleurs étaient remarquables. Les Merlots avaient beaucoup de mâche, de beaux arômes, éclatants, un taux d'alcool élevé mais plus de fraîcheur que nous en attendions lors de la récolte. Les Cabernets Francs étaient très séducteurs, équilibrés, avec une belle complexité aromatique ; les Petits Verdots étaient massifs, avec une belle finesse de tanin, tandis que les Cabernets Sauvignons paraissaient frais, fins, purs, avec un beau cortège aromatique et une longue finale, avec des tanins encore fermes.

 

 

Les vins

 

En mars 2019, ils montrent une très belle couleur, dense et jeune, et ont une grande fraîcheur, en relation avec de bonnes acidités et des taux d'alcool modérés (de l'ordre de 13,6 %).

 

Boyd-Cantenac a un nez relativement explosif, dense avec un beau fruit et un fin boisé.

En bouche, l'attaque est fine et progressive, soyeuse. Vient ensuite un bon corps, souple, à l'intensité aromatique croissante, comme l'astringence. La finale est savoureuse, longue et élégante, avec un tanin marqué.

 

Les assemblage :

Cabernet Sauvignon : 65%
Merlot : 19%
Petit Verdot : 10%
Cabernet Franc : 6%

 

 

Téléchargez les photos en HD

Download hight definition pictures

 

Photos HD Chais Boyd-Cantenac.rar
Fichiers archives compressés [55.3 MB]
Photos HD Vignes Boyd-Cantenac.rar
Fichiers archives compressés [57.9 MB]
Photos HD Lucien Guillemet.rar
Fichiers archives compressés [12.7 MB]
Photos HD Divers Boyd-Cantenac.rar
Fichiers archives compressés [56.2 MB]
Pack Shot Bouteilles / Bt 2016
Bt Gamme Boyd-Cantenac 2016.zip
Fichier compressé au format ZIP [5.1 MB]
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Chateau Boyd-Cantenac