COMPRENDRE LES GRANDS VINS

Est-ce déjà le vin qui avait fait bien dire à Montaigne que notre plaisir est plus raffiné si nous avons parcouru par nous-mêmes les différentes étapes de la découverte et de la connaissance, formé notre propre goût et notre propre jugement, sans trop nous attarder à ce que d'autres tendent à nous imposer ?

Ces quelques conseils pourront peut-être vous aider dans cette démarche.

 

Les bons et les petits millésimes

Les plus grands millésimes, qui sont les plus connus et les plus recherchés, ne doivent pas occulter ceux qui passent pour plus modestes.
Pour l'amateur à la recherche de son meilleur plaisir, la règle est que le bon millésime gagnera le plus souvent beaucoup à attendre, puisqu'il a été vinifié et élevé dans cette optique. Cinq ans apparaît souvent comme un minimum pour que les grandes années atteignent le stade où elles auront pu développer leur bouquet et assouplir leur structure. Elles peuvent alors combiner puissance, intensité, densité, avec complexité, équilibre, élégance, longueur, mais aussi finesse, subtilité, fraîcheur et douceur. Les vins deviennent alors inégalables dans leur capacité à se bonifier avec le temps et à émouvoir le dégustateur. 

Pour les millésimes plus modestes, moins solides, nous orientons la vinification plus vers l'expression aromatique et l'équilibre, et moins sur les extractions, de telle sorte qu'ils peuvent être goûtés plus tôt. Il n'en sont pas moins séduisants, car ils surprennent souvent par le plaisir et l'émotion qu'ils procurent, l'intensité de leurs arômes, leur subtilité et leur finesse. On pense ici à des millésimes comme 1980, 1984, 1987, et plus près de nous 2004, 2007.

 

Les plats d'accompagnement


Les vins de Château Boyd-Cantenac accompagnent magnifiquement de nombreux plats : entrées au fromage, viandes grillées et rôties, poissons en sauce au vin rouge, fromages (éviter les bleus et les fromages forts), s'en accommodent fort bien.

 

Le service du vin

Les basses températures renforcent les saveurs acides et astringentes et étouffent les arômes, tandis que les températures trop élevées rendent l'alcool dominant et les vins lourds. On servira donc les vins encore jeunes vers 15-18 °C, et les vins plus évolués vers 17-20 °C

Eviter de remuer la bouteille avant de servir, à cause de la présence éventuelle d'un dépôt.

Découper la capsule sous la bague, et essuyer méticuleusement le buvant du goulot, afin d'éviter que le vin ne ruisselle sur des parties non nettoyées.


Déboucher

Nettoyer l'intérieur du goulot pour en ôter les éventuels morceaux de liège ou les éléments de quelque dépôt.

 

Faut-il décanter ?

La présence de dépôts lourds au fond de la bouteille est un phénomène parfaitement naturel. On peut décanter, pour éviter que les derniers verres servis n'en contiennent, mais aussi pour aérer le vin, et stimuler l'expression aromatique du vin. Dans ce cas, ne le faire qu'au dernier moment, une aération trop précoce risquant fort d'affaiblir le bouquet du vin.

Si on ne décante pas, il est très généralement favorable d'ouvrir la bouteille quelques heures avant de servir, ce qui donne aussi la possibilité de la goûter au calme pour vérifier l'absence de défaut.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Chateau Boyd-Cantenac